» » » Le Rêve d’éternité des Pharaons

Le Rêve d’éternité des Pharaons

Posté dans : Actualités

HISTOIRE DES ARTS

L’exposition « Toutânkhamon le trésor du pharaon » s’est déroulée à Paris  du 23 mars au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de la Villette et rencontre un grand succès. Époustouflant !!

Cette exposition est prolongée jusqu’au dimanche 22 septembre 2019. Elle voyagera à Londres à la Saatchi Gallery du 2 novembre 2019 au 3 mai 2020, avant son installation définitive au Musée du Caire.

« TOUTANKHAMON » né vers -1345, mort vers -1327) est le onzième pharaon de la XVIIIe dynastie de l’Égypte antique (Nouvel Empire)

Dans le livre des morts de l’Égypte antique, il est dit : « On meurt deux fois. La première fois lorsqu’on quitte notre corps et la deuxième fois lorsqu’on ne prononce plus notre nom ».

Dans leur ensemble, les Pharaons étaient habités par le rêve d’éternité dont témoignent leurs pyramides et les merveilles de toutes sortes qu’ils ont laissées après eux. Aujourd’hui encore, elles nous fascinent par leur beauté, leur raffinement et la science dont ils disposaient pour les réaliser.

Ce sont des témoignages qui nous les rendent présents, vivants en continuant de nous parler d’eux et nous fasciner par la richesse de leur histoire.
L’un de ces Pharaons « Toutânkhamon » est particulièrement touchant. Il a accédé au trône à l’age de neuf ans, puis mort dix ans plus tard, il n’a pas eu le temps de construire sa pyramide, lieu de son éternité.
.

Le dieu Amon protégeant Toutânkhamon.
C’est le visage intact d’Amon qui tient l’enfant-pharaon dans ses mains. (Diorite). Musée du Louvre. Département des antiquités égyptiennes.

Son père Amenhotep IV qui prit le nom d’Akhenaton, dixième pharaon de la XVIIIᵉ dynastie, s’est tourné vers un dieu unique Athon, symbolisé par le disque solaire, et assimilé au premier monothéisme. Les successeurs d’Akhénathon ont détruit toutes les traces de son règne.
Son fils Toutânkhamon, très jeune Pharaon de 9 ans, sous la pression des prêtres et des scribes qui manifestaient le retour à l’orthodoxie, avait rétabli le culte ancestral d’Amon-Rê, par opposition à son père Akhénaton. Mais cela n’a pas suffi à le protéger de Horemheb, général d’armée qui monta plus tard sur le trône.

« Sur cette statue du dieu Amon protégeant Toutânkhamon, on a coupé la tête et les bras de L’enfant-Roi pour qu’il ne puisse plus ni exister ni agir. On a même coupé les mains d’Amon pour que ce dieu ne puisse plus le protégerDominique Farout, archéologue et égyptologue, chargé de cours à l’École du Louvre. Exposition Toutânkhamon à Paris.

Les Pharaons qui lui ont succédé ont effacé son nom sur toutes les oeuvres et les statues qui le représentaient et certains ont même inscrit leurs noms après avoir effacé le sien. Progressivement, son souvenir était en train de s’effacer des mémoires et de l’histoire, comme son nom effacé sur les objets et les oeuvres qui lui appartenaient ou le représentaient.

« L’œil d’Horus » est associée au dieu faucon Horus. C’est un puissant symbole protecteur, utilisé depuis des millénaires.

L’oeil d’Horus peut-être, a mobilisé un jeune artiste peintre anglais, Howard CARTER qui dès l’âge de 17 ans, fasciné par l’Égypte antique, s’est mis à la recherche de Toutânkhamon, ce jeune Pharaon dont toute trace avait été effacée sauf dans un calice dédié aux offrandes pour traverser le monde des morts.

.

Calice dédié aux offrandes mortuaires. Seul objet trouvé portant encore le nom de Toutankhamon.

Le 1er novembre 1922, à la reprise de la $n$-ème fouille par l’équipe de Howard CARTER dans la Vallée des Rois, et sur le point d’abandonner les recherches menant à lui, le 4 novembre, un jeune égyptien de 9-10 ans Hussein Abdel-Rassoul, un porteur d’eau chargé d’alimenter en eau les ouvriers du chantier, découvre une marche d’un escalier qui s’enfonce dans le sol. Ceci a mis à découvert la première marche d’escalier qui mena Howard CARTER et toute son équipe vers la chambre mortuaire et le trésor de Toutânkhamon. Cette grande découverte a sorti Toutânkhamon de l’ombre après plus de trois millénaires d’effacement de l’histoire. Il devint enfin le Pharaon le plus célèbre de toute l’histoire de l’Égypte.

L’exposition sur Toutânkhamon présentée par le Ministère des Antiquités égyptiennes à la Grande Halle de la Villette, a dévoilé au public 150 objets originaux issus du tombeau et qui l’ont accompagné dans les deux mondes que sont la vie et la mort.

Forte de son succès, cette exposition est prolongée jusqu’au dimanche 22 septembre 2019. Elle voyagera à Londres à la Saatchi Gallery du 2 novembre 2019 au 3 mai 2020, avant son installation définitive au Musée du Caire.

Les commentaires sont fermés.